Aujourd'hui,
URGENT
Covid-19: la vaccination des Burkinabè débutera dans la première semaine de juin 2021.
Santé : un premier lot de 115.000 doses de vaccins contre la Covid-19 est arrivé au Burkina Faso. 
Oudalan: les populations de Tin Akof se réfugient près du camp militaire après une attaque terroriste. 
Santé: l'OMS valide le vaccin chinois Sinopharm pour usage d'urgence contre la Covid-19. 
Sécurité alimentaire: le CILSS prévoit une saison pluvieuse humide pour la campagne agricole 2021-2022. 
Coopération: le président Xi Jinping réaffirme l’engagement de la Chine en faveur de la solidarité et de la coopération avec l’Afrique.
Politique: Alassane Bala Sakandé rejette un appel de jeunes pour sa candidature à la présidentielle 2025. 
Somalie: l’Union africaine a nommé l’ancien président du Ghana, John Mahama, au poste de Haut représentant. 
Football: la CAF décide du report des éliminatoires de la Coupe du monde de la Fifa Qatar 2022.
Yako : un enfant de près de 14 ans s’est donné la mort jeudi, par pendaison au secteur n°4 de Yako (AIB).  

SOCIETE

Il s’agit d’un groupe de huit (08) personnes bien organisé, qui s’était spécialisé dans les faits d’escroquerie et de blanchiment d’argent. Basé dans le secteur 31 de la ville de Ouagadougou, le réseau se faisait passer pour une structure de recrutement qui livrait ses prestations dans plusieurs domaines de formation. 

En effet, le mode opératoire consistait à faire passer l’information auprès des amis et proches des membres du groupe qu’une Organisation Non Gouvernementale (ONG) recrute des personnes pour les former dans les domaines tels que la santé, le e-commerce avec pour but de les employer par la suite. En plus des documents d’identité qu'elles doivent fournir pour les besoins de la formation, les personnes enrôlées sont persuadées d’investir de l’argent dont le montant varie entre 450.000 et 9.000.000 FCFA. C'est après avoir rempli toutes ces conditions que celles-ci se rendront compte qu’il s'agit d’une arnaque. 

L'enquête a permis d’évaluer le préjudice financier subi par les victimes qui s'élève à près de 40.400.000 FCFA. 

Grâce à la collaboration des citoyens, les enquêteurs de la Division des Investigations Criminelles (DIC) de la Direction de la Police Judiciaire (DPJ) ont pu investir le siège du réseau où se trouvaient 86 personnes composées majoritairement de jeunes. 

Au regard de l'évolution grandissante de ce phénomène dont l'une des finalités serait d'alimenter des réseaux de traite de personnes dans la sous-région, la Police Nationale, encore une fois, invite les populations à plus de vigilance relativement à certaines offres d'emplois.

En rappel, les numéros verts que sont les 17, 16 et 1010 sont toujours à leur disposition pour dénoncer tout cas suspect constaté.

La Police Nationale, une force publique au service des citoyens !